Liberals Ignore National Security Agencies In Rush to Embrace China

January 23, 2017


FOR IMMEDIATE RELEASE

OTTAWA – Ordering a “fresh review” of the Chinese takeover of a Canadian electronics company in the face of national security warnings demonstrates the Liberal government’s desire to please China at any cost, said Official Opposition Public Safety critic Tony Clement.

National security agencies warned Ottawa that allowing a Chinese firm, O-Net Communications, to take over a Montreal high-tech company would undermine a technological advantage that Western militaries have over China.

“This is further proof that the Prime Minister is willing to place China’s interests ahead of Canada’s. He disregarded advice from our security establishment, and dismissed the threat to Canada’s national security in his reckless courtship of Chinese investment,” said Clement. “This does not bode well for Canada’s interests, especially in a Canada/China trade deal. How much more is Trudeau willing to give away?”

The former Conservative government halted the takeover by the Chinese firm, O-Net, in 2015 due to the national security concerns, but the Liberals have now quashed that order and want to re-look at the deal. The decision is being made knowing the Chinese government has been behind cyberattacks in Canada, including hacking the National Research Council in 2014.

The Montreal-based company at the centre of the transaction, ITF Technologies, specializes in high-level solutions for specialized photonic applications such as underwater transmission, military manufacturing and manufacturing systems.

The Conservative caucus is demanding the Liberal government come clean on why this deal is back on the table, and explain to Canadians why their security is being jeopardized by the government`s imprudent rush to embrace China.

–30–

For more information, please contact:

Saro Khatchadourian
Office of the Leader of the Official Opposition
613-314-4238

Les Libéraux ignorent les agences de sécurité nationale dans leur empressement à ouvrir les bras à la Chine

23 janvier 2017
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

OTTAWA – Le fait de demander un « nouvel examen » de la prise de contrôle par des Chinois d’une entreprise canadienne d’électronique à la suite de mises en garde sur la sécurité nationale montre combien le gouvernement libéral veut plaire à la Chine à tout prix, a dit le porte-parole de l’Opposition officielle sur la Sécurité publique Tony Clement.

Les agences de sécurité nationale ont prévenu Ottawa que le fait de laisser une entreprise chinoise, O-Net Communications, prendre le contrôle d’une entreprise de haute technologie de Montréal minerait un avantage technologique qu’ont les forces militaires occidentales sur la Chine.

« C’est une autre preuve que le premier ministre veut faire passer les intérêts de la Chine avant ceux du Canada. Il n’a pas écouté les conseils de nos responsables de la sécurité et a écarté la menace pour notre sécurité nationale alors qu’il courtise imprudemment les investissements chinois, a dit M. Clement. Cela n’est pas de bon augure pour les intérêts du Canada, en particulier dans le cadre d’un accord commercial Canada-Chine. Jusqu’où Trudeau est-il prêt à céder ? »

Le gouvernement conservateur précédent avait empêché la prise de contrôle par la firme chinoise O-Net en 2015 en raison de préoccupations quant à la sécurité nationale, mais les Libéraux ont annulé cette ordonnance et veulent revoir l’accord. Cette décision est prise en sachant que le gouvernement chinois est derrière les cyberattaques envers le Canada, notamment le piratage du Conseil national de recherche en 2014.

L’entreprise de Montréal au centre de cette transaction, ITF Technologies, se spécialise dans des solutions de haut niveau pour des applications photoniques spécialisées comme la transmission sous-marine, la fabrication militaire et les systèmes de fabrication.

Le caucus conservateur presse le gouvernement libéral de dire clairement pourquoi cet accord est de nouveau sur la table, et d’expliquer aux Canadiens pourquoi leur sécurité est mise en péril par l’empressement imprudent du gouvernement d’ouvrir les bras à la Chine.

–30–
Pour obtenir plus d’information :
Saro Khatchadourian
Bureau du Chef de l’Opposition officielle
613-314-4238